Au départ, un constat simple : avec l’hégémonie des smartphones, adieu les claviers numériques. « Le tactile, c’est un problème pour les déficients visuels. », indique Thibault Péant.

Menu