Tels les mousquetaires, ils sont quatre, tous scientifiques, matheux ou ingénieurs. En 2012, ils lâchent des postes à responsabilité pour créer Dataiku et révéler la beauté du Big Data. Tels les mousquetaires, l’un des quatre est un peu poète, passionné de haïku, ce poème japonais très court. Des données chiffrées, l’essentiel décortiqué, entreprise heureuse… Poète mais les pieds bien sur terre. « Pendant deux ans, on ne s’est pas trop payé. On a engrangé les premiers clients, explique Florian Douetteau, le cofondateur poète. Nous avons fait le choix de l’autosuffisance. »

Menu