1. Accueil
  2. What's New
  3. Les dossiers de l’écran : Flexions, réflexions

Les dossiers de l’écran : Flexions, réflexions

Le premier débat des prétendants de la droite avait lieu hier soir sur LCI 

Je ne reviendrai pas sur le fond de l’exercice, mais j’aimerais ici vous faire partager trois réflexions sur la forme.

Un bon citoyen est un citoyen qui se couche tard !

Le débat a commencé vers  20H40 pour se finiiiiiiir … vers 00h02. Plus de 3 heures de programme donc.

 

Effectivement, il y en a qui bossent, les mêmes qui ont dû maudire les candidats Républicains quand leur réveil a sonné, ce matin.

Sachant qu’Il y a trois autres débats de prévus, on peut se demander pourquoi finir aussi tard.

Mais pourquoi ? Pourquoiiiiiiii ?

Peut-être parce que plus on avance dans la soirée et moins la concurrence est rude en termes de programmes télévisés. À partir de 23h00 la quasi-totalité des programmes en prime time sont terminés. En bref, après avoir dévoré l’Amour est dans le pré, pourquoi ne pas regarder la fin du débat ?

Pour vérifier cette théorie, il faudrait avoir accès aux courbes d’audience du débat. Un accès que nous n’avons pas.

Je peux, en revanche, jeter un coup d’œil aux thèmes abordés avant et après 23h00. Avant 23h00, les candidats ont parlé d’emploi, de transition énergétique, d’impôt, d’immigration et de réforme de l’État. Le thème police / justice s’est terminé autour de 23h00. Et après l’heure fatidique, les ténors de la droite ont planché sur la laïcité, le poids de la France sur la scène internationale, Éric Zemmour et la possible participation à un gouvernement Macron en cas de réélection de ce-dernier.  

Je vous laisse juger quels thèmes sont les plus importants. Ceux d’avant 23h00 ou ceux d’après 23h00 ?

Dans tous les cas, pour les 3 prochains débats prévoyez des nuits courtes et des réveils difficiles. Les plus organisés pourront toujours poser des RTT. Un citoyen bien informé est un citoyen qui se couche tard. 

Point fashion police 

Je ne sais pas si le débat a permis aux candidats de rapprocher leurs idées mais il y a un point qui semble faire l’unanimité : c’est le port du masque noir pour l’ensemble du public.

Le masque noir fait-il plus sérieux ? Le masque noir fait -il plus de droite ? Le masque noir est-il télégénique ? Je ne sais pas,  je constate juste et je m’interroge : une couleur différente sera-elle choisie au prochain débat ? Quelqu’un va-t-il se démarquer ? À quand le grand retour du masque bleu ciel ?.

Assurer ses arrières 

Cette réflexion sur la monochromie des masques du public en entraîne une autre. Toujours assurer ses arrières. En télévision, il est d’usage de veiller aux gens qui sont en second plan, directement derrière vous. De s’assurer que personne ne tranche, choque dans votre arrière-plan.  En termes techniques on parle de vérifier son fond de gros plan. 

Lorsque la caméra est fixée sur vous et que vous lâchez votre meilleure punchline , les téléspectateurs vous observent mais ils voient également les 2 personnes assises derrière. L’un sur votre droite, l’autre sur votre gauche.

Il est de coutume de choisir des personnes de confiance, calmes, posées et qui acquiesceront de la tête toutes vos idées. Qui ne manqueront pas, également, de faire les gros yeux ou une mine dubitative sur les idées de vos adversaires.

Le choix de ces 2 personnes peut aussi permettre de faire passer un message.

D’où mon petit conseil du jour : ce qui est vrai  pour une émission télévisée, un débat est également vrai pour vos vidéos, calls, entretiens professionnels en visio. 

C’est un fait, les réunions et autres entretiens en visio ont largement envahi notre vie depuis la Covid. Et gérer son arrière-plan peut s’avérer être une arme très efficace. 

On peut opter pour la simplicité. Il suffit, pour cela, d’activer l’option de votre logiciel d’appel qui floute votre fond. Alors certes, on est à l’abri mais les résultats restent limités.  

En revanche, si vous êtes un peu plus aventurier, je vous conseille de créer votre arrière-plan, de le gérer, de l’organiser pour qu’il vous serve. Je m’explique, au cours d’un entretien d’embauche par exemple, rien ne vous empêche de laisser traîner “malencontreusement” dans votre arrière-plan,  un objet qui pourra attirer l’attention de votre interlocuteur. Celui-ci pourra aborder ce thème sans avoir l’impression que vous l’avez guidé dans ce sens. Un bon moyen de placer une passion, une réalisation etc. Ça fonctionne aussi avec un call client.

Par ce moyen, c’est vous qui initiez, qui orientez la discussion, vers des domaines que vous maitrisez, qui vous mettent en avant. Vous gardez le contrôle et évitez ainsi de laisser la main à votre interlocuteur.

C’est tout pour cette fois-ci. Merci de m’avoir lu. Et rendez-vous au prochain épisode, si vous le voulez bien.

Article précédent
Treats or Trick ? – Relations Presse : nos pires cauchemars
Article suivant
Revue de Presse : TV et Radio du 29 novembre 2021

Catégories

Menu