1. Accueil
  2. What's New
  3. L’automédication, un mal bien français et… féminin

L’automédication, un mal bien français et… féminin

Un sondage Harris Interactive réalisé en septembre 2018 et février 2019 par l’Afipa (NèreS depuis juin 2021) la fédération des fabricants de produits d’automédication révèle que huit Français sur dix ont recours à l’automédication : 85% de femmes contre 75% d’hommes. 

Si la part des Français ayant recours à l’automédication reste stable depuis quelques années et que son usage évolue au fils des saisons : 40% au printemps, 49% l’été et 79% en hiver pour des pathologies telles que maux de gorge (41%), maux de tête (46%), rhume et état grippal (51%), depuis un an et demi et le premier confinement Covid-19, les généralistes notent une hausse de consommation pour les tranquillisants, les somnifères et les antidépresseurs.

Les Français souhaitent davantage d’information et une meilleure éducation aux questions de santé (41%), un site officiel sur les produits d’automédication (39%) ainsi que des fiches conseil sur les pathologies (32%). Ils sont 63 % à s’informer via leur entourage, 43% via des sites spécialisés de santé et 40% en pharmacie. Enfin, près de six personnes interrogées sur dix font confiance au pharmacien pour les conseiller.

L’industrie de l’e-santé est en plein boom : selon un rapport de 2017 de la société de données scientifiques et de santé IQVIA, plus de 318 000 applications de santé sont disponibles dans le monde et la gamme des applications ne cesse de s’étendre avec plus de 200 nouvelles par jour : de conseils très généraux en matière de bien-être à la télémédecine pour les rendez-vous et les règlements. Grâce aux applications de gestion de santé, les utilisateurs peuvent surveiller leur état, suivre leurs traitements et permettre aux personnels de santé de consulter et de partager leur dossier médical à distance.

Article précédent
Lancement du nouveau site de StoriesOut
Menu