1. Accueil
  2. Tips PR
  3. Evangélisme et Porte-parolat : Deux axes de communication complémentaires

Evangélisme et Porte-parolat : Deux axes de communication complémentaires

Très prisé aux Etats Unis, l’évangélisme demeure balbutiant en France. On le confond souvent avec le Porte-parolat qui est un axe de communication très différent, mais non moins intéressant. Faisons un point sur les concepts et ce qu’ils impliquent.
L’Evangélisme est né chez Apple avec Guy Kawasaki. Cet utilisateur enthousiaste qui encore aujourd’hui ne se sert que de produits Apple est le véritable créateur de cette fonction.
Aux Etats Unis, la religion est omniprésente, le fait que ce terme en soit tiré n’est donc pas un hasard.

L’évangéliste dans le domaine de la technologie est avant tout un utilisateur. Convaincu par l’usage du produit (matériel ou logiciel) il porte la “bonne parole”, convainquant ses pairs de l’intérêt de choisir la technologie qu’il affectionne.

Le fait que l’évangéliste soit un utilisateur est crucial. Il ne peut convaincre que parce qu’il est un utilisateur “comme les autres” il connaît les problématiques client. En outre, comme il n’est pas lié à la marque (ce n’est pas un employé) il est d’autant plus crédible. Il n’a, a priori, pas d’intérêt à défendre cette marque plus qu’une autre.

Trouver un évangéliste pour la marque est donc un travail laborieux. Il faudra trouver la bonne personne parmi les utilisateurs. Il faudra la motiver pour qu’elle tienne son rôle, sans pour autant pouvoir la contrôler totalement. Les interlocuteurs de cette personne dans l’entreprise joueront donc un rôle clef dans la qualité de la relation.

Cette définition aura certainement surpris certains d’entre vous. En effet, beaucoup voient les évangélistes comme des phares médiatiques de l’entreprise. On pense Steve Jobs pour Apple et pas Guy Kawasaki. Steve Jobs était un porte parole, pas un évangéliste.

Le Porte parole est habituellement une personne charismatique issue de l’entreprise.
Son poste fait de ce qu’il dit “parole d’évangile » pour rester dans la terminologie ecclésiastique.

Comme en politique où le porte parole fait partie du gouvernement, ici il fait partie de l’entreprise.

La prise de parole n’étant pas la chose la plus naturelle pour tous, il faudra un suivi personnalisé ainsi qu’une équipe pour rédiger les interventions du porte-parole.
Un travail très différent, mais une ligne de communication indispensable pour l’entreprise.

Article précédent
Chouette, le normal n’existe plus !
Article suivant
CHEFFE, OUI CHEFFE !

Catégories

Menu